Biographie

Jacques Rougeau est né le 13 juin 1960, à St-Sulpice. 
Jacques Rougeau a commencé sa carrière professionnelle à 17 ans, à Verdun.

Apogée de sa carrière

En 1997, au Centre Bell, lors de son dernier combat avant sa retraite, à la surprise de tous, il réussit à battre le légendaire Hulk Hogan. Ceci met un terme à sa glorieuse carrière.

Hogan a cité son profond respect pour toute la famille Rougeau.

Les débuts

La famille Rougeau a été très impliquée dans la lutte; Jacques est le frère cadet de Raymond et Armand, le fils de Jacques Rougeau, Sr., et le neveu de Jean « Johnny » Rougeau, tous ayant travaillé en tant que lutteur ou promoteur.

Jacques Rougeau débutait sa carrière en 1977, travaillant à la Stampede Wrestling de Stu Hart, située à Calgary. Dans les années 1980 il commençait à lutter aux États-Unis, trouvant du succès dans les états d’Alabama et du Tennessee, mais c’est en 1985 que lui et Raymond signaient à la World Wrestling Federation.

Les frères faisaient leur début à la WWF en février 1986 pendant une tournée en Australie. Durant leur première année à la fédération, ils affrontaient et battaient des duos comme la Hart Foundation (Bret Hart & Jim Neidhart), The Moondogs, Jimmy Jack & Dory Funk, Jr., et The Dream Team(Greg Valentine & Brutus Beefcake).

Bien qu’ils perdirent leur match à WrestleMania III en 1987 contre Valentine & Beefcake, ils remportèrent les titres par équipe de la WWF plus tard cette année, quoique brièvement. Jacques & Raymond battaient la Hart Foundation pour les titres au Forum de Montréal le 10 août 1987 mais les titres étaient redonnés aux détenteurs puisque le mégaphone de Jimmy Hart avait été utilisé comme arme par les challengers pour remporter le match. Ce changement de titre n’a jamais été mentionné à la télévision.

The Fabulous Rougeau Brothers

Après deux années à la fédération, The Fabulous Rougeaus (Jacques et Raymond) devenaient heel quand ils participaient à une storyline dans laquelle les frères canadiens étaient annoncés comme « Du Canada, mais bientôt relocalisés aux États-Unis, » en plus d’avoir intentionnellement un thème d’entrée ennuyant dans lequel ils chantaient (en français) à propos des « All-American Boys » tout en ayant désormais Jimmy Hart comme manager (les Rougeau étaient aussi annoncés pendant une courte période comme provenant de Memphis, la ville de Jimmy Hart). En brandissaient le drapeau américain, ils énervèrent les fans, qui se questionnaient sur leur sincérité. Selon Jacques, ce vent d’antipathie des fans américains inspirait Vince McMahon à les faire devenir méchants. Ils rivalisaient avec The Killer Bees, la Hart Foundation, The Bushwhackers, et The Rockers pendant leur période en tant que heel.

The Mountie

Ray Rougeau prenait sa retraite en 1990, et Jacques quittait la fédération pendant une année avant de revenir en tant que The Mountie, un client du manager Jimmy Hart. The Mountie était un membre corrompu de la Royal Canadian Mounted Police, portant toujours un pistolet électrique et qui se ventait toujours qu’il « A toujours son homme » sur le ring. The Mountie avait deux thèmes d’entrée – le premier, un thème musical à base de cor d’harmonie signifiait l’héritage canadien du personnage, et le second, un thème musical sur un rythme « heel » chanté par Jacques et intitulé « I’m the Mountie. » Le pistolet taser du Mountie était appelé un « shockstick ».

Le personnage était sujet à des litiges au Canada, amenant Rougeau à être prié de ne pas portrayer The Mountie dans son propre pays. Quand il luttait au Canada, il était annoncé par son vrai nom et ne portait pas les vêtements du Mountie sur le ring, même s’il gardait quelques parties de son costume comme la chemise rouge, le pantalon noir, et les bottes. The Mountie commençait à rivaliser avec The Big Boss Man après avoir déclaré qu’il était le seul représentant de la loi à la WWF, et le 26 août 1991 il passait une nuit en prison (kayfabe) après que le Bossman le battait dans un Jailhouse Match au SummerSlam 1991. Le plus grand accomplissement du Mountie en tant que catcheur solo était quand il remportait le WWF Intercontinental Championship contre Bret Hart, qui souffrait d’un coup du pistolet (kayfabe). The Mountie remportait donc le WWF Intercontinental Championship pour le perdre deux jours plus tard contre Rowdy Roddy Piper, dans ce qui était le règne le plus court pour le titre Intercontinental à la WWF pendant plusieurs années.

The Quebecers

Jacques détenait le WWF World Tag Team Championship à trois reprises en tant que la moitié des Quebecers avec Pierre Carl Ouellet. Le personnage des Quebecers était une sorte d’extension de celui du Mountie, bien qu’avec des costumes plus insoucieux et une emphase sur une attitude brutal. Le duo (qui était managé par Johnny Polo) montrait cependant bien leur détachement du controversé Mountie en utilisant une version différente du deuxième thème musical de Jacques quand il portrayait le Mountie, intitulée « We’re Not The Mounties. »

Match de retraite (1994)

Les Quebecers se séparaient à un house show organisé au Forum de Montréal le 25 juin 1994. Après une défaite contre les Headshrinkers, Ouellet et Polo se retournaient contre Rougeau. Au bout de quelques minutes où Jacques se faisait attaquer devant son public, le premier match de retraite de Rougeau, qui au court des mois suivants, voyait sa promotion être très forte dans les shows TV de la WWF diffusés dans la région de Montréal, tout comme dans les médias locaux. Le match, qui était organisé le 21 octobre 1994, faisait guichets fermés et amassait 18 843 personnes au Forum de Montréal, pour une victoire de Rougeau, quand il effectuait le tombé sur Ouellet suite à un flying bodypress.

The Amazing French Canadians

Comme il arrive souvent dans la lutte, cette retraite était temporaire. Vers la fin des années 1990, Rougeau et Ouellet faisaient de nouveau équipe dans les Amazing French Canadians à la World Championship Wrestling.. En 1998, Rougeau retournait à la WWF pour un dernier passage en équipe avec Carl Ouellet dans une version mise à jour des Quebecers. L’équipe ne durait que quelques mois. Lui et Ouellet s’unissaient brièvement de nouveau à la WCW en 2000 dans la Team Canada de Lance Storm.

Aujourd’hui

Jacques a ouvert une école de lutte familiale à Montréal et il est aussi promoteur. 

Aujourd’hui, Jacques Rougeau continue à lutter lors de galas de lutte familiale qu’il organise. Également, depuis quelques années, il présente un combat lors d’un match de la mi-temps des Alouettes, combat toujours fort apprécié par les 25 000 spectateurs.
Ces spectacles qu’il donne avec les membres de son école de lutte sont maintenant à guichets fermés à travers toute la province.

Il donne également des conférences dans les écoles, faisant la promotion d’un rythme de vie sain. Il est aussi porte-parole de SOS Suicide Jeunesse et de Genacol. Il supporte le Réseau des Grands Frères et des Grandes Sœurs, Le Téléthon sur les maladies infantiles, Opération Enfants-Soleil, Rêves d’enfant, Édouard et ses étoiles ainsi que de nombreuses fédérations de hockey mineur et de soccer amateur.

Faits saillants
Prises de finition et prises favorites

  • Québec Crab (Boston crab)
  • Carotid Control Technique (Sleeper hold) – en tant que The Mountie
  • Piledriver
  • Flying elbow drop
  • Bulldog
  • Savate du 2ième cable

Avec Carl Ouellete

  • Diving legdrop (Ouellet) / Quebec Crab (Rougeau) combo
  • Quebec Crash (Assisted senton bomb)
  • Flip, Flop and a Fly (Elevated senton bomb)

Avec Raymond Rougeau

  • Bombe des Rougeau (Bearhug hold / flying crossbody combination)
  • Arme favorite: Pistolet électrique

Managers

  • Jimmy Hart
  • Colonel Robert Parker
  • Johnny Polo

Palmarès

  • Central States Wrestling
  • NWA Central States Tag Team Championship (1 fois) – avec Bruce Reed
  • Continental Wrestling Association
  • AWA Southern Heavyweight Championship (2 fois)
  • Lutte Internationale (Montréal)
  • Canadian International Tag Team Championship (4 fois) – avec Raymond Rougeau
  • NWA Mid-America
  • NWA Mid-America Heavyweight Championship (2 fois)
  • Southeastern Championship Wrestling
  • NWA Southeast Heavyweight Championship (1 fois)
  • World Wrestling Federation
  • WWF Intercontinental Championship (1 fois)
  • WWF World Tag Team Championship (3 fois) – avec Quebecer Pierre
  • Pro Wrestling Illustrated
  • PWI l’a classé numéro 222 des 500 meilleurs catcheurs dans le PWI Years de 2003.
  • PWI l’a classé numéro 83 des 100 meilleurs équipes dans le PWI Years avec Pierre Oulette en 2003.
  • Autres titres
  • SWF Heavyweight Championship (1 fois)
  • SWF World Tag Team Championship (15 fois)

Liens

 

Une histoire de famille « de père en fils », 3e et 4e génération: